La fabrication de nos camping-cars est-elle obsolète?

Les propriétaires de camping-cars, confrontés trop souvent à des problèmes d'infiltration, se sont ils posé cette question essentielle: Comment peut il être possible, dans le premier quart du vingt et unième siècle, alors que l'on fabrique des caravanes depuis plus de 60 ans, nos fabricants n'aient pas encore réussi à nous libérer de cette véritable épée de Damoclès que sont les infiltrations, et cela sur des véhicules dont le prix de vente oscille tout de même dans un créneau de prix, se situant de 45.000 à 200.000 euros!

Les infiltrations

Au départ, il y avait les caravanes, ce serait parait il selon l'histoire la maison Notin qui aurait inventé le système, dans les années 1930!

Suivirent toute une série de marques de caravanes dont beaucoup résonnent encore dans nos oreilles: Gruau, Adria, et tant d'autres..!

Au cours des ans leurs intérieurs devinrent de plus en plus attractifs, jusqu'à finir par se transformer pour certaines marques de luxe en véritable petit salon roulant, un seul problème est resté néanmoins récurrent, c'est celui des infiltrations!

Pour ma part, ayant été propriétaire d'une caravane dans les années 80, j'en ai connu sur les parcs d'occasions, qui après avoir bourlingué pendant 15 ou 20 ans sur les routes, et avoir été soigneusement entretenues par leurs propriétaires, affichaient un très bel aspect extérieur, voire également intérieur....., mais dont la seule tare avérée, se caractérisait par la vision de taches d'humidité, dans l'habitacle.

Il arrivait souvent, que ces maudites taches, si on y enfonçait le doigt un peu trop fort, celui ci passe directement au travers de l'habillage, la faute, bien sûr aux infiltrations,ces dernières ayant effectué à la façon d'une tumeur cancéreuse un lent travail de destruction pratiquement irréversible.

De plus, comme il est logique que l'eau descende du point haut jusqu'au point bas, inutile de vous dire combien ce phénomène d'infiltration pouvait rendre impropre à l'usage un grand nombre de ces caravanes qui sans l'inquisition de votre pouce ou de la pointe d'un tournevis dans les parties suspectes, offraient souvent à la vision de l'oeil, un abord plutôt sympathique!

dégats d'infiltration sur un toit de camping-car

On aurait pu croire qu'avec la fabrication d'un camping-car, ce vieux cauchemar allait être relégué aux oubliettes. Il n'en fut rien. Non seulement le problème perdura dès les premières fabrications des camping-cars, ce qui je vous l'accorde commence effectivement à dater, mais là ou la chose n'est plus du tout acceptable, c'est de constater que ce risque n'a toujours pas disparu sur nos camping-cars actuels, ce qui de mon point de vue - j'espère que vous êtes nombreux à le partager - est devenu totalement inadmissible, et qu'il n'est plus possible à présent, de nous servir encore aujourd'hui cette piètre qualité de construction, indigne de tous les nombreux progrès techniques.

C'est simple, on croirait que seule la construction de la cellule de base d'un camping-cars à échappé à l'évolution du progrès!.... puisque, tout ce qui est installé à l'intérieur se revendique de toutes les ultimes évolutions technologiques dernier cri!

Eh bien ce n'est pas faux, et comme vous allez pouvoir le constater, l'enveloppe même: la cellule, n'a pas subi d'évolutions notoires, ce qui peut apparaître inacceptable aux bon sens cartésien du terme dont la grande majorité d'entre nous est pourvu!

Tout d'abord, un petit rappel de la méthode de fabrication de la cellule d'un camping-cars classique. J'apporte cette précision, car il faut savoir, que seul à l'heure actuelle deux fabricants sortent de ce procédé: Wingamm constructeur italien de camping-cars et 3 C Cartier constructeur français de camping-cars de luxe.

Les panneaux composant une cellule de camping-cars sont de type panneau sandwich décomposé de la manière suivante.

Une feuille de revêtement intérieure

Sur les camping-cars actuels elle peut être:

Ce sont là les deux matières les plus couramment employées.

Une troisième possibilité est aussi utilisée: l'alufiber, qui en quelque sorte est une sorte d'alliage des deux matières citées plus haut, sans doute que cet alliage des deux matières procure des avantages, (j'avoue ne pas avoir approfondi le sujet), mais vu qu'en apparence, ils sont plusieurs fabricants à utiliser cette matière (par exemple Notin). Il y a fort à parier que cet avantage technique doit exister réellement.

Une feuille de revêtement intérieure

Celle-ci peut être aussi en aluminium, en polyester ou le plus souvent en contreplaqué, dans le cas, ou il y existe une première feuille côté intérieur en polyester ou en aluminium, il sera forcément rajouté dessus une feuille en contreplaqué, sur laquelle vont venir se fixer les meubles, tout ceci varie dans la méthode de construction, d'un fabricant à l'autre.

Nous parlons ici de panneau sandwich, ne l'oublions pas, donc il va falloir mettre un ingrédient au milieu de ces deux feuilles, et là encore, cet ingrédient pourra varier d'un constructeur à l'autre.

Les camping-cars premier prix devront se contenter de la traditionnelle plaque de polystyrène, bien connue, de couleur blanche et que l'on utilise dans tous les domaines d'application depuis des decennies!

Ses avantages: un prix contenu, une utilisation pratique, les plaques étant prédécoupées dans l'épaisseur désirée.

Ses inconvénients: un coéfficient d'isolation largement en dessous d'autres matières plus récentes. Un risque d'apparition de ponts thermiques à la jointure des plaques si au montage on n'a pas pris soin de mettre un mastic approprié entre les joints.

Les camping-cars de plus haut de gamme, verront l'emploi d'un isolant de qualité supérieure: la mousse de polyurétane, qui, dans son procédé de mise en oeuvre, sera directement injectée entre les deux feuilles (externe et interne).

Les avantages, une meilleure isolation due au produit lui même, mais également due à sa régularité de mise en place entre les deux feuilles. En prime, il n'y aura forcément plus aucun risque, de voir apparaître des ponts thermiques!

Ce produit que certains parmi nous connaissent peut être, se présente en général sous l'aspect d'une mousse assez dense de coloris bleu.

Un autre produit que je dénominerai cousin germain du polyurétane, parce que se situant dans le même niveau de qualité, et dont la mise en oeuvre entre les deux feuilles sera également identique, s'appelle le sytrofoam, il sera lui aussi employé pour la fabrication des camping-cars de gamme supérieure!

La technique de fabrication de ces fameux panneaux sandwich s'effectue sur des chaînes. Certains fabricants insèrent des renforts dans leurs panneaux et d'autres pas!

Il est vrai que pour avoir un jour réalisé une petite fenêtre dans la porte cellule d'un de mes camping-cars précédents, j'ai pu constater après avoir obligatoirement découpé un morceau de la carrosserie, que cet assemblage, présentait un excellent niveau de résistance!

le panneau réalisé, il y sera ensuite découpé les emplacements des fenêtres et lanterneaux, puis tous ces panneaux seront assemblés les uns aux autres par le biais d'un mastic colle, on rajoutera pour la finition une sorte de baguette d'angle, généralement en polyester, de manière à terminer proprement le tout, elle aussi collée, bien sûr!

Le nombre de morceaux assemblés pourra dépendre du dessin du modèle. Exemple: casquette rapportée.... Toutefois, ce nombre ne sera jamais inférieur à quatre: un panneau arrière, deux panneaux de côté et le toit.

La faiblesse: le mode d'assemblage

Pour se résumer, vous avez tous bien compris que la faiblesse du système réside principalement dans ce mode d'assemblage. Une cellule de camping-car, lorsque vous voyagez, vibre en permanence, d'ou les nombreux problèmes de décollement des jointures des panneaux.

S'il est vrai que les mastic colle ont effectivement beaucoup évolué dans leur technique de fabrication, cela ne suffit pas à pallier les faiblesses d'un procédé de construction qui est aujoud'hui hors d'âge!

Alors me direz vous: mais pourquoi, les fabricants n'en changent ils pas?

Tout simplement parce que çà remettrait en cause l'intégralité du matériel de fabrication, chaînes de production, etc... qu'ils possèdent dans leurs usines. Vous imaginez un peu, ce que serait pour eux le montant de l'investissement?

Et puis, toute réflexion faite, pourquoi se prendraient ils la tête? Les clients achètent les camping-cars tels qu'eux les fabriquent, c'est à dire mal!. Alors après tout, ils auraient tort de changer de méthode, d'autant que la plupart des fabricants s'offrent le luxe par le biais d'une visite annuelle payante de faire suppoter financièrement à leurs clients, le prix de leur incompétence, et le pire c'est que çà marche! Ben voyons, ils sont très dociles les camping caristes!

Sur ce sujet des visites annuelles des contrôles d'étanchéité, nous vous conseillons la lecture d'un article paru dans LE MODE DU CAMPING-CAR, article disponible dans se version web en cliquant ici et intitulé Des garanties étanchéités pour pallier aux problèmes d'infiltrations des camping-cars.

Du grand art de vente en quelque sorte, et comme en général les Camping caristes rêvent souvent de s'acheter depuis longtemps un camping-cars, ils seront à des années lumière de réfléchir à tout cela!.... ce n'est donc que du " bon pain " pour les vendeurs! surtout quant il s'agit de primo accédants, qui ne connaissent absolument rien au sujet!

Pour ma part, à chaque fois que je vais sur une exposition, je pose systématiquement la question: Alors, quant est ce que vous allez nous construire des camping-cars imperméables et solides?

Et là je peux vous dire, que j'ai droit, soit au silence radio!.... ou soit à l'éventuel gavage de cerveau étayé par des arguments qui ne tiennent pas plus la route que leurs panneaux sandwich..... de pacotille!

Un mot tout de même sur l'autre méthode de fabrication employée par les deux fabricants dissidents que je vous ai cité au début (Wingamm et 3 C Cartier).

le modèle PEGASE de 3C Cartier avec coque polyester

Eux fabriquent une forme, elle va servir de moule, ils vont ensuite couler tout autour de ce moule du polyester.

Résultat: la cellule de votre camping-car sera réalisée en une seule pièce C'est beaucoup plus résistant au chocs que les panneaux sandwich, et çà possède l'énorme avantage de ne plus jamais générer d'infiltrations. En clair, c'est le top. Tous les camping-cars actuels dignes de ce nom devraient pouvoir être fabriqués selon ce procédé, ainsi construit. Un camping-car devient un produit durable et son propriétaire est libéré des soucis majeurs rencontrés sur tous les autres!

Alors, le camping car à la fois définitivement étanche et solide, dites nous messieurs les fabricants.... c'est pour quand?

Yves Eimery

Autres articles sur ce thème